Introduction séminaire « Luttes des savoirs et savoirs des luttes »

Alessandro Stella

Ce séminaire est né d’une rencontre, dans la lutte, le soir d’un Premier Mai. C’était le premier Mai 2018, et la journée avait été longue. La manif avait démarré à 14h de la place de la Bastille en direction de place d’Italie, mais devant la gare d’Austerlitz, la police avait barré la route aux manifestants. S’en étaient suivis des affrontements deux heures durant, en revenant à reculons au point de départ. A pieds, il aura fallu ensuite rejoindre la Contrescarpe, où pendant deux heures quelques centaines de manifestants et autant de flics ont joué le jeu du chat et de la souris. Je pensais en être quitte des efforts demandé, quand je suis arrivé à la Brèche, en fin d’après-midi. Mais j’ai trouvé le site de l’EHESS, occupé par le collectif d’étudiants, encerclé par les CRS. Un quart d’heure avant que j’arrive, un cortège sauvage d’une centaine de personnes, en provenance de la Contrescarpe avec les flics aux trousses, avait trouvé refuge à la Brèche. La police avait alors essayé de pénétrer sur le site, mais avait été repoussée par les étudiants en lutte. Au cours de ces événements, Nicolas Jaoul avait été tabassé par les CRS. C’est ainsi que nos chemins se sont croisés.

Le principe porteur de ce séminaire n’est pas nouveau. De Michel Foucault à Pierre Bourdieu et d’autres sociologues, anthropologues et historien, la question de savoir comment naissent les idées de révolte et de révolution a été avancée et débattue. D’où viennent les idées de révolte, qui les produisent, qui les diffusent ? Des Universités et des intellectuels aujourd’hui, des Monastères et des moines savants au Moyen Âge ? Ou des personnes concernées par les injustices et les oppressions, qui réfléchissent par eux-mêmes et qui à travers les débats et les actions collectives fabriquent une pensée collective innovante ?

Le cas de la ZAD de NDDL en est l’exemple le plus proche et emblématique. Le vivre ensemble, faire ensemble, réfléchir et lutter ensemble ont produit des concepts opérants (constellations autonomes) et des expériences concrètes, visibles et viables, préfigurant d’autres formes de société. Après la lutte victorieuse contre un aéroport inutile, les Zadistes ont fait le choix de rester sur place et continuer les expériences commencées, sur des principes collectivistes, en particulier concernant le bail collectif des terres. L’opposition de l’Etat français à cette démarche a été fondée sur une prétendue obligation juridique nécessitant d’établir des baux individuels. Une perversité infondée, en effet, car les communs ont toujours existé. La revendication de terres communes à toute la communauté a été, au Moyen Âge comme à l’époque moderne, une lutte de base récurrente tant en Europe qu’en pays d’Islam[1].

La révolte des Diggers anglais (1649-1652), ces paysans sans terre qui ont mené un long et violent combat pour obtenir la restitution au communauté villageoises de terres privatisées par les Seigneurs, est l’une des révoltes paysannes les plus connues et parlantes. Qui a parlé aux oreilles, trois siècles plus tard, aux Diggers de San Francisco, ce mouvement engagée dans le combat contre-culturel, qui a débouché entre autre sur la constitution de communautés rurales cultivant les terres en commun[2]. Des savoirs se transmettent, ou sont repris et réactualisés.

Des idées et des pratiques construites d’en bas, collectivement, envers et contre tout. Envers notamment tous ceux qui pensent que les travailleurs, les pauvres, les gens en bas de l’échelle sociale ne sont pas capables d’une pensée autonome et intelligente. Encore aujourd’hui, des intellectuels même avisés, ont du mal à admettre qu’un mouvement social n’ait pas besoin de maîtres-à-penser. Dans un article récent, paru sur la revue Multitudes, François Mathérau décortique les œuvres de Gerrard Winstanley pour appréhender les revendications et le programme des Diggers anglais[3]. Or, Gerrard Winstanley était un théologien qui avait participé à la révolte et avait écrit deux livres sur le mouvement des Diggers, après leur défaite en 1652, et qui, avant de mourir en 1676, avait rejoint les Quakers. Mais pourquoi ses idées, largement inspirées des Evangiles, auraient influencé les révolutionnaires anglais de l’époque ? Pourquoi le chemin des idées n’aurait-il pas emprunté le sens contraire, du peuple aux intellectuels ?

De tout temps les révoltés[4] ont été traités par les Puissants avec mépris, leurs actions mises sur le compte de la violence brute et aveugle, leurs revendications disqualifiées. « Émeute », « rumeur », « commotion », « fureur », « désordre », « trouble », « agitation », « convulsion », « tumulte » : voilà les termes les plus couramment employés, de l’Antiquité à nos jours, pour qualifier les révoltes sociales. Tous mettant les actions en question dans le champ de la déraison, de la violence insensée, de l’instinctif.

De la même manière, le discrédit est jeté sur les acteurs de la révolte. On parle de « Ciompi » (fils des champs, bâtards), de « Tuchins » (vivant dans les « touches », marginaux), de « Jacques », de Diggers (bêcheux), de sans-culotte et autres sobriquets dénigrants. Désigner par des termes méprisant et disqualifiant tant les actions que les protagonistes des événements vise à invalider toute raison de révolte contre l’autorité établie.

Il faut lire le dégoût d’un grand bourgeois florentin, membre de la famille Acciaioli, voyant les Ciompi dans le Palais des Seigneurs :

« C’était stupéfiant de voir la maison des Prieurs, auparavant si propre et bien tenue, honnête et joliment décorée, devenir laide et mauvaise et puante, et infâmée par toute sorte d’indécences, déréglée et dépourvue de bonnes mœurs ; que même de loin elle puait d’une puanteur nauséabonde, et c’était vraiment horrible et regrettable de la voir ainsi réduite […] Oh mon Dieu, quels gens eurent à réformer une si noble ville et son gouvernement ! Certainement, plus de la moitié de ceux qui avaient droit de vote et jugeait les bons et aimés citadins, c’étaient des maquereaux, des filous, des voleurs, des batteurs de laine, des semeurs de mal, et gent dissolue et de toute sorte de méchante condition, et très peu de bons citadins, et presque pas d’artisans connus ; il n’y avait là que des déracinés ne sachant pas eux-mêmes d’où ils venaient, ni de quelle contrée […] Et l’on a pu voir ensuite clairement  à leur procès qu’il n’y en avait aucun de famille connue, ni aucun citadin de bonne souche, et bien peu de bons artisans, seulement des gens vils et inutiles. Ils ne voulaient entendre aucun honnête homme, et encore moins voir au Palais aucun citadin honorable, vêtu de bons habits, mais seulement des gens comme eux [5] ».

On a nié une pensée autonome aux Ciompi insurgés, comme on leur a nié une mémoire de groupe social. Mais ce qui est passé à l’histoire comme le « tumulte des Ciompi », ne fut aucunement une explosion subite et imprévue. Depuis deux générations, en effet, depuis les années 1340, l’histoire de Florence avait été marquée par des grèves, manifestations, révoltes ouvertes des travailleurs de la laine : environ quarante épisodes de conflit, entre 1342 et 1385[6]. La plus importante et fondatrice de ces révoltes ouvrières avait eu lieu au printemps 1345. Un chroniqueur anonyme raconte :

« Aujourd’hui, 24 mai 1345, le Capitaine de Florence, messer Nuccio da Gobbio, arrêta au cours de la nuit Ciuto Brandini, cardeur, et ses deux fils, car ledit Ciuto voulait constituer une compagnie à Santa Croce, et faire une secte et un rassemblement avec les autres travailleurs de Florence ; et ce jour-ci, les travailleurs de Florence, à savoir peigneurs et cardeurs, aussitôt qu’ils apprirent la nouvelle que ledit Ciuto avait été arrêté la nuit dans son lit par le Capitaine, ils cessèrent immédiatement le travail disant qu’ils ne voulaient plus travailler jusqu’à la libération dudit Ciuto, et ils allèrent en cortège devant les Prieurs demandant de rendre ledit Ciuto sain et sauf, et qu’autrement ils s’en seraient pris à eux ; et ils voulaient aussi être mieux payés. Ledit Ciuto fut ensuite pendu par le cou …[7] ».

Par le procès contre Ciuto Brandini, tenu devant le tribunal du Capitaine du Peuple, le 30 mai 1345, nous apprenons qu’il s’était affirmé comme l’un des leaders du mouvement ouvrier du printemps de cette année-là. Accusé par le juge d’être « un homme de mauvaise condition, conversation, vie et renommée, d’esprit diabolique », Ciuto s’était effectivement beaucoup investi dans les réunions et assemblées des travailleurs, il avait promu la formation de « fraternités » dans plusieurs quartiers de Florence et constitué une caisse commune des travailleurs en lutte[8].

Ces solidarités construites dans les luttes, ces savoirs transmis d’une génération à l’autre, cette pensée-action collective disent comment naissent et se forgent les idées de subversion de l’ordre social. Mais cette pensée collective est niée non seulement par les élites dirigeantes, mais aussi par des intellectuels, solides et avisés. Si des chroniqueurs du Moyen Âge et des temps modernes parlent de « foules haineuses, sans chef, sans tête », des historiens ou de sociologues ont toujours du mal à admettre que des ouvriers, d’autant plus si analphabètes, soient capables d’une pensée sur la société et la vie. Il leur faut des chefs, des maîtres-à-penser, qui forcément ne peuvent pas être issus de leurs rangs mais des classes instruites.

Commentant la révolte des ouvriers vignerons bourguignons, en 1393, les historiens Michel Mollat et Philippe Wolff écrivent : « Il faut croire qu’en 1393 il se trouvait au Parlement [de Paris] des avocats suffisamment nourris, soit de la doctrine chrétienne traditionnelle, soit des tendances du courant naturaliste, soit des principes humanistes de la dignité de l’homme, pour traduire en formulations rationnelles les aspirations confusément senties par les simples vignerons auxerrois [9] ». Or, les « simples » ouvriers vignerons de l’Auxerrois en révolte nous font voir qu’ils s’étaient auto-organisés, dans un esprit communautaire et solidaire. Qu’ils s’étaient réunis d’abord dans les tavernes et les champs, puis avaient fait des assemblées dans des monastères. Par relais de cris ils avaient organisé la grève dans les vignes. Ils avaient nommé leurs propres représentants pour aller au Parlement de Paris à défendre leur cause. Et qu’ils avaient mis en place une caisse commune pour payer les frais de justice et le scribe autant que pour aider ceux d’entre eux qui avaient été mis en prison et condamnés à des amendes pécuniaires[10].

Dans leurs conclusions sur les révolutions populaires en Europe, Mollat et Wolff affirment une autre fausse évidence : « En fait, il n’est pas de vraie révolution sans mystique. Où les hommes des XIVe et XVe siècles auraient-ils pu en trouver une, si ce n’est dans le seul Livre dont les humbles recueillaient, par le verbe et par l’image, le message de la ‘bonne nouvelle annoncée aux pauvres’ ? Mystique : orthodoxe, déformée, teinte d’hérésie, elle se fondait toujours sur les Evangiles [11] ».

Michel Mollat et Philippe Wolff, qui ont par ailleurs apporté une contribution majeure à l’étude des révoltes populaires, expriment là une opinion séculaire ancrée dans la pensée bourgeoise : les gens d’en bas, les soumis, les pauvres, par définition analphabètes, ne peuvent exprimer correctement une pensée rationnelle et lucide, et ne peuvent trouver une idéologie qu’en puisant dans la culture dominante, chrétienne à l’occasion. C’est un vieil déni de pensée autonome, d’intelligence, dont sont victimes celles et ceux qu’on qualifie de travailleurs manuels. Mais les révoltés nous montrent qu’ils n’ont pas seulement des bras et des jambes pour travailler, mais aussi une tête et une parole intelligible, à condition de vouloir l’entendre.

 

 

[1] Emmanuelle Tixier du Mesnil et Alessandro Stella, « Contester au Moyen Âge : de la désobéissance à la révolte », introduction aux actes du Congrès de la SHMESP, 23-26 mai 2018, sous presse.

[2] Alice Gaillard, Les Diggers. Révolution et contre-culture à San Francisco, Paris, L’Echappée, 2009.

[3] François Mathérau, « Winstanley et les Diggers. Des multitudes constituantes au XVIIe siècle », Multitudes, n° 9, 2002.

[4] Révolte = « Action menée par un groupe de personnes qui s’opposent ouvertement à l’autorité établie en tentant de la renverser » (Larousse) ; « refus actif d’obéir à une autorité » (Wikipédia).

[5] « Aggiunte anonime alla cronaca di Alamanno Acciaioli », dans Cronache e memorie sul tumulto dei Ciompi, G. Scaramella éd., Rerum Italicarum Scriptores, XVIII, 3, Città di Castello, 1917-1934, p. 36.

[6] Cf. S. Cohn, « Florentine Insurrections, 1342-1385, in Comparative Perspectives », dans R. Hilton et T.H. Aston, The English Rising of 1381, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 143-163.

[7] “Frammento di una cronica anonima”, dans Donato Velluti, Cronica di Firenze, a cura di Domenico Maria Manni, Firenze, 1731, p. 148.

[8] Cf. N. Rodolico, Il Popolo Minuto. Note di storia fiorentina (1343-1378), Firenze, Olschki editore, 1968, p. 102.

[9] M. Mollat et Ph. Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Calmann-Levy, 1970 (Flammarion 1993), p. 247.

[10] A. Stella, « Un conflit du travail dans les vignes d’Auxerre aux XIVe et XVe siècles », Histoire et Sociétés Rurales, n° 5, 1996, p. 221-251

[11] M. Mollat et Ph. Wolff, Ongles bleus …, p. 291.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search