Luttes des sans-papiers, des demandeur.e.s d’asile et des expulsé.e.s

La prochaine séance du séminaire « Savoirs des luttes, luttes des savoirs » porte sur les luttes des sans-papiers, des demandeur.e.s d’asile et des expulsé.e.s. Elle aura lieu le jeudi 21 mars au Théâtre l’Échangeur de Bagnolet (à 200 mètres du métro Gallieni, ligne 3), à partir de 17h. Les cinq interventions seront suivies d’une discussion avec la salle, d’une pause repas et enfin à 21h, de la projection du film Brûle la mer en présence des réalisateur.e.s Nathalie Nambot et Maki Berchache. 

Le but du séminaire est d’interroger et de stimuler mutuellement les luttes et les savoirs, et d’encourager les échanges entre les savoirs académiques et les savoirs des luttes sociales et politiques. Cette séance va rassembler trois chercheur.e.s engagé.e.s dans la production de savoirs des luttes ainsi que deux militants chevronnés soucieux de penser eux-mêmes leurs luttes, pour réfléchir ensemble à la manière dont ces savoirs et savoirs-faires des luttes de l’immigration se transmettent et se confrontent à de nouvelles formes de négation des droits et d’exploitation. Comment le militantisme  fait-il face à l’arrivée de demandeurs d’asile, dont les stratégies diffèrent des mobilisations des sans papiers? Comment se (re)positionner en tant que soutien dans ce contexte changeant? Comment faire face aux expulsions? Comment les expulsés poursuivent-ils leur combat pour la dignité et quels liens toutes ces formes de luttes éclatées peuvent elles se fédérer ? Face à l’adversité croissante et aux stratégies de morcellement que subissent les mirgant.e.s, nous tenterons de dégager à partir d’une réflexion commune sur et par ces luttes des convergences possibles et des perspectives pour les combats du présent. 

Soutenir et trouver sa place dans les luttes contre les dispositifs d’expulsion des étranger·es illégalisé·es. Éthique et politique des concerné·es indirect·es

Léopoldine Manach (étudiante en M2 a l’EHESS et militante anti-déportations, collectif des BISOUS)

À partir d’une réflexion sur les façons dont un investissement militant contre les expulsions d’étranger·es construit une recherche ethnographique sur des dispositifs d’ « accueil » des demandeur·ses d’asile par le prisme de la violence d’État cette intervention cherchera à explorer les apories et les difficultés relatives à la position de soutien des migrant·es. Une analyse des places occupées par chacun·e, de leurs débordements et des reproductions de rapports de dominations par des effets de capture de la voix politique des exilé·es viendra étayer la proposition de compréhension de ce qu’être un·e « concerné·e indirect·e » dans cette mobilisation. Ce terme nous aidera à décrypter les contradictions d’une lutte qui n’est pas en premier lieu celle du soutien mais dont iel s’empare dans la mesure où elle met en jeu ses rapports affectifs aux autres, à l’État et à ses frontières.

Bibliographie :

  • Ajari, Norman. La dignité ou la mortÉthique et politique de la race, Paris, La Découverte, 2019.
  • Arendt, Hannah. « De l’humanité dans de “sombres temps”, Réflexions sur Lessing » in Vies politiques, Paris, Gallimard, 1974.
  • Galitzine-Loumpet, Alexandra & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky. « Subjectivités face à l’exil. Positions, réflexivité et imaginaires des acteurs », dossier hors série du Journal des anthropologues, 2018.
  • Garelli, Glenda & Martina Tazzioli. “Challenging the discipline of migration: militant research in migration studies, an introduction”, Postcolonial Studies, vol. 16, no. 3, 2013, p.245-249. 
  • Glenda Garelli & Martina Tazzioli (2013) Challenging the discipline ofmigration: militant research in migration studies, an introduction, Postcolonial Studies, https://fr.calameo.com/read/00582101861e4deb9a10c

Aider ou lutter, éthique ou politique, soutien ou solidaire, lutter pour ou lutter avec ou lutte à côté, urgence de vie ou égalité des droits ? Comment sortir du cercle vicieux des pourtant bonnes questions ?

Denis Godard (militant antiraciste)

Bibliographie : 

deux textes sur l’expérience politique des campements, écrits sur le vif (juillet et décembre 2015)

A propos des luttes des expulsés en Afrique : enjeux de l’auto-organisation

Clara Lecadet, (chercheuse au IIAC, CNRS-EHESS)

Des associations créées par d’anciens expulsés au Mali, au Togo, au Cameroun et en Sierra Leone, et régies par le principe de l’auto-organisation, tentent d’imposer dans l’espace public leur existence collective de sujets politiques mais elles développent en fonction de chaque contexte national, ainsi que des parcours et ressources politiques de leurs membres, des mots d’ordre différents, parfois concurrents. On réfléchira à la façon dont la variété de leurs mots d’ordre et de leurs actions nous informe sur la tension entre auto-organisation et inféodation aux logiques de l’humanitaire et de la politique.

Bibliographie :

  • Lecadet, C., Le manifeste des expulsés. Errance, survie et politique au Mali, Presses Universitaires François Rabelais, 2016
  • Lecadet, C., “Post-deportation movements: forms and conditions of the struggle amongst self-organising expelled migrants in Mali and Togo”, in Khosravi, S. (ed.), After Deportation: Ethnographic Perspectives, Palgrave Macmillan, 2017, p. 187-204
  • Lecadet, C., “Europe confronted by its expelled migrants”, in De Genova, N. (ed.), The Borders of “Europe”: Autonomy of Migration, Tactics of Bordering, Duke University Press, 2017, p. 141-164
  • Emmanuelle Gallienne et Clara Lecadet« Autonomie des luttes, mode d’emploi. Entretien avec Anzoumane Sissoko », Vacarme 2018/2 (N° 83), p. 34-42.

Droit de circulation, hospitalité, solidarité : alternatives, contradictions, complémentarités

Étienne Balibar (Professeur à l’Université de Paris-Ouest)

Les situations dramatiques qui se généralisent aux frontières de l’Europe, notamment en Méditerranée où sont commis de véritables crimes contre l’humanité avec la complicité des États, ont engendré un vaste mouvement de solidarité transnational, qui à son tour fait l’objet d’une criminalisation de la part des États, même lorsqu’ils sont contraints de reconnaître la constitutionnalité d’un principe de « fraternité ». Il faut donc développer la solidarité de la solidarité. La question se pose alors de savoir quels principes universels elle peut invoquer, et on voit apparaître des différences, parfois des divergences entre militants qui renvoient à leur culture politique, à leurs origines et à leurs lieux de mobilisation, ainsi qu’à leurs appartenances organisationnelles. On ne se propose pas ici de trancher, mais, prolongeant des interventions antérieures, de faire avancer la discussion en examinant notamment les implications de l’idée de « droit de circulation » comme droit fondamental, et les significations conférées à la notion d’hospitalité.

Bibliographie : 

Sortir des absurdités des lois anti-migrants et s organiser aujourd’hui pour défendre les migrants ici et là-bas:  justice sociale, libre circulation et d’installation et régularisation des sans-papiers

Anzoumane Sissoko (Porte-parole du Collectif des Sans Papiers 75)

20h: Pause

21h: Projection de « Brûle la Mer » (2014, Film du Bilboquet, 75 min.), en présence des réalisateur.e.s N. Nambot et M. Berchache

Brûle la mer se tient au croisement paradoxal entre l’énergie vive d’une révolution en cours, l’élan d’un départ vers l’Europe, et, la violence d’un accueil refusé. Le film guète ce qui constitue la trame sensible d’une existence à un moment de rupture. Ce qu’il y a d’infime, de plus commun, loin de l’exotisme, mais hanté par le rêve, comme un appel. Il ne s’agit pas d’un documentaire sur l’émigration ou la révolution, c’est un essai sur la liberté ou plutôt de liberté : une tentative d’évasion réelle et fictive auquel la fabrication d’un film participe, prenant part de ce processus d’émancipation : brûle la mer, les frontières,
les lois, les papiers… Qu’est-ce que rompre avec sa vie passée, quitter son pays, sa famille où prévalent encore vaille que vaille des liens très forts de solidarité, d’entraide et un attachement ancestral à la terre, pour rejoindre le monde mythifié et dominé par les rapports capitalistes. Qu’est-ce que : Vivre sa vie ?

https://www.facebook.com/events/263361264546489/

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search