La transmission des savoirs des luttes du mouvement Anarchiste espagnol

Compte-rendu de séance du 21/02/2019

La séance du 21 février 2019 du séminaire « Savoirs des luttes et luttes des savoirs » fut consacrée au thème de la transmission des savoirs des luttes du mouvement anarchiste espagnol et a eu lieu au théâtre de l’Echangeur, à Bagnolet.

L’objectif premier de ce séminaire est d’interroger et de stimuler la porosité entre le savoir académique et le savoir tout aussi empirique issu des luttes sociales, mais aussi de mettre à jour les formes de résistances que ces savoirs connaissent pour se faire entendre et reconnaître dans le milieu universitaire et le débat public. La quatrième séance de ce séminaire fut dans cette logique consacrée à la transmission des savoirs des luttes du mouvement anarchiste espagnol, et avait plusieurs lignes directrices :

Premièrement, présenter et questionner le rôle et l’influence mal connue des mouvements et luttes anarchistes durant la période postfranquiste des années 1970 dite période de la “transition démocratique”.

Mais aussi, s’intéresser aux mécanismes mis en place par cet État postfranquiste pour occulter, confisquer, effacer l’histoire et l’héritage de ces luttes. Sonder la transmission des différents types de savoirs issus de ces années-là. Transmissions anachroniques, d’une génération à l’autre, transmission des mémoires de l’histoire et du savoir anarchiste, avec d’une part, une auto-production abondante d’écrits et de témoignages sur ces luttes, d’autre part un monde académique espagnol qui ne semble pas vouloir exploiter ces matériaux historiques qui mettent à mal le mythe national espagnol d’une transition démocratique et pacifique.

Enfin, s’interroger sur une potentielle filiation historique des mouvements libertaires contemporains comme le mouvement du 12 Mai ou l’expérience communale de Marinaleda en Andalousie. Furent également évoquées les transmissions synchroniques des idées, textes et préceptes révolutionnaires qui traversaient alors les frontières de l’Europe et du monde.

Conformément à l’esprit de ce séminaire, le parterre des intervenants de cette séance était composé à la fois d’universitaires et de personnes engagées dans des luttes ou des formes d’activisme :

Richard Hamon et Alessandro Stella, (cinéaste et universitaire engagés), ont présenté et discuté leur oeuvre cinématographique “Les moissons de la révolte.”

Arnaud Dolidier et Jean-Marc Rouillan: le premier, Arnaud Dolidier, est un universitaire, docteur en histoire contemporaine, auteur de nombreux écrits sur les dynamiques à l’origine de la construction républicaine et démocratique en Espagne et spécialiste des mouvements assembléistes et de l’histoire des courants anarcho-syndicalistes espagnols. Le deuxième, Jean-Marc Rouillan est ancien membre du “Movimiento Ibérico de Liberación” (MIL), des “Groupes d’action révolutionnaires internationalistes” (GARI), et enfin d’Action-Directe, mais aussi auteur prolifique puisqu’il témoigne dans de nombreux livres de sa vie, de ses engagements passés et présents, d’abord dans l’anti-franquisme puis au sein d’Action-Directe et dans le combat anti-capitaliste.

Enfin, Sylvain George, cinéaste, réalisateur et auteur ayant un parcours multidisciplinaire s’intéressant notamment à différent mouvements et luttes sociales, comme la lutte des immigrés à Calais, ou encore aux mouvements assembléistes du 15M en Espagne, qui a présenté et discuté de son oeuvre “Vers Madrid-The burning bright”, sur le mouvement des « indignés ».

Cette séance qui dura 6H fut ainsi découpée en plusieurs séquences, alternant les visionnages de projections, discussion avec les réalisateurs et les discussions entre les intervenants et avec le public.

I- Introduction de la séance : Contextualisation générale et résumé historique de l’anarchisme Espagnol. (Vivien Pierné, étudiant en Master Anthropologie à l’EHESS)

Cette première intervention avait pour objectif de présenter les différents intervenants de la séance ainsi que les principaux événements, acteurs et dates clefs de l’anarchisme espagnol à l’auditoire du séminaire, afin de donner un contexte aux différentes interventions qui allaient suivre durant ce séminaire. Durant cette introduction fut rappelé qu’au 19ème et 20ème siècles, les courants et mouvements anarchistes eurent en Espagne, plus que partout ailleurs en Europe, une influence et un poids politique considérable.

Fut également présentée une chronologie et une typologie des différents mouvements anarchistes qui y virent le jour, de l’apparition de la première société de résistances ouvrières en 1848 jusqu’à l’avènement de la République, puis la guerre d’Espagne et l’avènement du franquisme. Dictature franquiste et “transition démocratique” qui semblent par ailleurs avoir marqué une rupture dans la transmission de l’histoire et des savoirs des luttes Espagnoles, brouillant la filiation anarchiste des mouvements libertaires contemporains, qui ne s’en réclament pas explicitement.

Cette introduction se termine sur un double constat : si le cas historique de l’anarchisme en Espagne est l’un des plus documenté, l’histoire et l’influence des mouvements anarcho-syndicaux et libertaires durant la dictature franquiste puis durant ladite période de transition démocratique est toutefois fort mal connue. Il s’agit d’en interroger les raisons, et c’est dans ce cadre que les invités furent amenés à discuter.

En effet, si notre époque connaît bien des mouvements libertaires et des luttes sociales et politiques parmi lesquelles ont été cités le mouvement du 15M de Madrid, Occupy Wall Street, leur filiation avec les luttes et mouvements anarchistes ne semblent pas clairement revendiquée.

Cette introduction termina donc sur une citation de Tancrède Ramonet : “Avons-nous affaire à un anarchisme qui ne dit plus son nom ?”

II- Projection du film “ Les moissons de la révolte”, en présence des deux réalisateurs, Alessandro Stella et Richard Hamon, suivie d’une discussion puis d’un échange avec le public

Cette deuxième séquence du séminaire fut consacrée à la projection du film documentaire “Les moissons de la révolte”, en présence des réalisateurs Richard Hamon et Alessandro Stella. Ce film, d’une durée de 52 minutes, pose sa focale en Andalousie où les paysans sans-terre demeurent encore aujourd’hui soumis aux grands propriétaires terriens. Malgré que l’Andalousie ait connu de nombreuses et violentes révoltes paysannes dans son histoire récente et malgré la mort de Franco, les paysans andalous sont aujourd’hui encore victimes de la misère et de la précarité et soumis à des conditions et des rythmes de travail éreintants.

Mais à Marinaleda, des paysans se sont lancés dans une expérience de commune libertaire, ils ont bataillé pour obtenir des terres sur les domaines des grands propriétaires terriens et fondé des communes agricoles avec un système de coopératives, une organisation du travail et de la redistribution des richesses plus éthique. Ce qui est saisissant dans ce film c’est le contraste entre les deux models sociopolitiques de la production qui y sont présentés.

C’est d’ailleurs ce que soulignent les deux réalisateurs comme étant la substance du film, la différence des rythmes de travail entre les ouvriers agricoles journaliers employés par les grands propriétaires terriens et celui visible dans les champs exploités par les membres de la coopérative de Marinaleda. Plusieurs personnages présentés dans le film, comme Diego Camacho (alias Abel Paz), sont des anarchistes depuis leur jeunesse et ont eu une longue expérience de ces luttes. Ils participent au projet, leur parole est fondamentale en ce qu’elle permet de comprendre la transition de l’histoire passée du pays à la période contemporaine.

Durant la discussion post-projection est posée la question de la raison pour laquelle le modèle de Marinaleda ne s’élargit pas. Furent alors évoquées les différentes formes de pression et les stratégies mises en place par les grands propriétaires terriens et leurs alliés politiques pour restreindre ce type de mouvement, garder la main sur les terres et maintenir les conditions d’exploitation. Comme il n’y a pas de contrat de travail écrit, mais un simple accord verbal entre un recruteur de main d’œuvre et un travailleur, les propriétaires gardent une emprise socio-économique énorme par des formes de chantage, contre lesquelles il est très difficile de lutter. Ceux qui ont réussi à conquérir les terres par la lutte politique sont rares. La situation de précarité et d’insécurité sociale empêche d’être aventureux car ils le payent tout de suite et très cher (Richard Hamon). Il faut un courage énorme pour faire face à un système dont les tenants ont la main mise sur tous les pouvoirs. D’ailleurs, les réalisateurs ont évoqué la peur de certains ouvriers de témoigner face à la caméra, tout comme du condescendant dédain de classe dont ont fait preuve les grands propriétaires à leur égard. Ce que nous montre ce film, c’est l’histoire d’un autre possible, d’une organisation socio-économique alternative à celle résultant de l’exploitation capitaliste et de son modèle ultra-libéral, une alternative plus équitable basée sur un autre modèle de distribution et de répartition des richesses et du capital. Comme le souligne Alessandro Stella, à Marinaleda, il est écrit sur les murs : « l’utopie égalitaire est en marche”.

Marinaleda est un pied de nez de la tendance anarcho-syndicaliste au système quasiment féodal qui perdure encore en Espagne et à ses représentants, un pied de nez qui dit : “Ce possible nous l’avons pensé, nous l’avons fait, nous l’avons démontré, et nous le démontrons encore”.

III – Arnaud Dolidier et Jean Marc Rouillan: “La transmission de la mémoire du mouvement anarchiste espagnol”

La troisième séquence de ce séminaire fut une prise de parole alternée entre l’Emic et l’Éthique.

L’Éthique en la personne d’Arnaud Dolidier, docteur en Histoire contemporaine, spécialiste des mouvements assembléistes en Espagne et l’Emic, en la personne de Jean-Marc Rouillan, ancien militant armé antifranquiste et anarchiste avant et durant la période de la transition postfranquiste en Espagne.

Cette discussion avait initialement pour ligne directrice l’histoire mal connue de l’influence des mouvements anarcho-syndicalistes durant la période de transition postfranquiste, dans les années 1970 en Espagne.

La discussion a toutefois imperceptiblement glissé vers la question : pourquoi l’histoire des mouvements espagnols autonomes et ouvriers des années 1970 est mal connue ? Alors même qu’ils furent, selon les intervenants, (universitaires comme militants) les plus importants et violents d’Europe ? Arnaud Dolidier a expliqué que de nombreuses “fictions historiques” ont été mises en place ou ont vu le jour pour faire face et occulter ce danger révolutionnaire, avec en Italie le récit anxiogène des « années de plomb » qui n’auraient vu aucune réelle expérience révolutionnaire voir le jour, et en Espagne, le récit d’une “transition démocratique pacifique”. [Arnaud Dolidier] Ces fictions auraient été soutenues, construites et diffusées par les tenant des différentes bourgeoisies libérales pour “éloigner” et occulter cette part de l’héritage historique.

Arnaud Dolidier évoque des articles de la presse bourgeoise relatant des appels des syndicats à stopper les mouvements assembléistes et à reconnaître les syndicats comme seules institutions légitimes pour promouvoir les revendications sociales et salariales. A partir du moment où des mouvements politisent leurs revendications et prônent un autre modèle économique et social, en dehors des institutions syndicalistes officielles qui ne sont que des garde-fous (les syndicats d’Etat), alors ces mouvements et leurs membres subissent une féroce répression d’Etat et des classes dominantes bourgeoises. Comme le souligna Jean-Marc Rouillan, la Révolution des Œillets au Portugal a incité les gouvernements bourgeois à combattre le “danger révolutionnaire” en utilisant tous les ressorts et canaux dont disposent les tenants de l’ordre établi, comme la désinformation, la violence, la répression, etc…car il existait un réel danger révolutionnaire en Espagne. Les mouvements assembléistes produisaient alors un espoir et un élan révolutionnaire faisait trembler les bénéficiaires de ce système d’exploitation organisée. La déclassification des archives de la CIA et le travail de Juan Garcias montrent même que l‘Establishment des Etats-Unis (période Kissinger) était fou de rage et préparait un coup d’Etat, purement et simplement, pour endiguer et éviter la propagation d’un contre modèle socio-économique. C’est ainsi que furent créés ad hoc les partis socialistes du Portugal et d’Espagne, afin de siphonner les électorats de gauche dans un projet faussement socialiste. [Arnaud Dolidier]

Concernant la transmission des savoirs, d’autres aspects de cette période ont été soulignés lors des échanges de ce séminaire, c’est la transmission synchronique et spatiale. A cette époque les frontières se traversaient, et la littérature révolutionnaire aussi, il y avait un va et vient permanent des informations sur ce qu’il se passait en Espagne. Beaucoup de textes entraient et sortaient. Il y avait et a toujours une énorme importance de l’écriture chez les anarchistes espagnols, comme le souligne un membre du public : si on voulait aujourd’hui additionner tous les livres écrits par les intéressés eux-mêmes sur leur vie, cela remplirait une bibliothèque entière. Aujourd’hui encore, les derniers rescapés ou descendants d’anarchistes espagnols écrivent et témoignent de leurs vies, des luttes, des grèves, des combats, de l’exil.

De même, de nombreux collectifs furent créés dans les années 1970, qui existent encore, et continuent à publier des recueils d’ouvrages. Ce qui est intéressant ici, c’est le rôle de l’auto-production d’un récit historique pour ne pas laisser les dominants écrire l’histoire des dominés, ne pas laisser les vainqueurs écrire l’histoire de la lutte des vaincus. Ainsi, la classe ouvrière éprouve le besoin de réécrire et de retrouver l’histoire du mouvement autonome. Jean-Marc Rouillan et Arnaud Dolidier rappellent d’ailleurs que des imprimeries clandestines servaient déjà à éditer et diffuser durant les luttes. A partir des années 1970, de nombreux ouvriers participent à un travail collégial pour transmettre et témoigner de leurs luttes. Arnaud Dolidier, qui fait partie d’une nouvelle génération de chercheurs, indique que de nos jours aussi, beaucoup de productions historiques ouvrières voient le jour en Espagne, mais sont boudées par le monde universitaire et académique, qui les condamnent en les catégorisant d’office et avec condescendance comme des témoignages de moindre importance, à objectiver, faisant qu’ils sont très peu exploités, ce qu’il déplore.

On voit donc que la question de l’écrit, de la production de l’histoire, est une question centrale pour les luttes en ce qu’il s’agit pour leurs acteurs de ne pas se faire confisquer leur propre histoire par les tenants de l’ordre établi.

Si l’Etat espagnol nourrit, construit et encourage le récit d’une « transition démocratique pacifique » et réussie, en occultant l’importance des mouvements anarcho-syndicalistes qui y ont vu le jour (et les dizaines de morts côté manifestants), c’est pour priver les générations futures de ce contre-modèle et de cet autre héritage de l’histoire espagnole, nier ou refouler l’histoire de cet autre possible pour endiguer les aspirations populaires.

IV- Projection du film : “Vers Madrid – The Burning Bright” (2014, 106 min). En présence du réalisateur Sylvain George.

La dernière séquence de cette séance du séminaire qui fut exceptionnellement longue (6H) fut consacrée à la projection du film “Vers Madrid – The Burning Bright” et suivie d’un échange du public avec le réalisateur Sylvain George. Celui-ci est un cinéaste engagé faisant un travail d’avant-garde, qui s’intéresse notamment à divers mouvements et luttes sociales, et qui a régulièrement posé sa focale sur des sujets comme la lutte des immigrés à Calais, ou encore sur les mouvements assembléistes du 15M en Espagne.

Son film “Vers Madrid-The burning bright” atteste des formes d’expérimentation politiques et poétiques mises en oeuvre par des milliers d’individus à Madrid lors du mouvement du 15M. Sitting, occupation des places, assembléisme, et parfois affrontements. Le réalisateur y mène une sorte d’observation flottante de ce mouvement des Indignés (15-M). Il vogue sur la Puerta del Sol où sont rassemblées des centaines de milliers de personnes qui manifestent et ré-expérimentent de nombreuses formes d’action, montent des campements et des marchés, occupent l’espace public, organisent des prises de parole géantes.

Sans jamais être explicite, ce film montre en filigrane la filiation et l’importance de l’héritage des mouvements assembléistes et libertaires en Espagne. On peut y voir des gens comme Abel Paz et d’autres pontes de la révolution Espagnole et des anciennes luttes libertaires regarder cette jeunesse avec espoir et satisfaction, participants aux prises de parole et transmettant une dernière fois leur savoir. Suite à la projection, vue l’heure tardive, les discussions n’ont pas été très longues et ont tourné autour de questions techniques sur les méthodes de captation d’image et sur le contexte et les conditions du tournage. Mais fut également évoquée la vague de soulèvements populaires qui a secoué le monde à partir des “printemps arabes”, et qui s’est progressivement étendus à plusieurs pays, dont l’Espagne, en 2011, une sorte de cycle dont le mouvement des gilets jaunes en France serait une des dernières émanations en date.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search