Déstabiliser les récits dominants et le mythe de la transition espagnole

Séminaire : « La transmission des savoirs des luttes du mouvement Anarchiste espagnol »

(21 février 2019)

Arnaud Dolidier

            Les interprétations dominantes sur la transition espagnole ont participé à justifier les choix des principaux protagonistes – les récits de l’opposition démocratique et les choix du personnel politique franquiste au pouvoir – et à mettre de côté l’analyse des subjectivités radicales, au prétexte qu’elles étaient minoritaires[1]. De façon schématique, on peut dire qu’il existe une séparation entre des travaux universitaires qui se consacrent à l’analyse du monde ouvrier et des études issues du monde militant consacrées aux voix discordantes et aux subjectivités alternatives du « mouvement ouvrier » ; des voix montrant qu’il existe des insubordinations face aux consignes des organisations syndicales et politiques majoritaires[2]. Ces travaux sont centrés sur l’importance des mobilisations sociales radicales et assembléistes dans l’Espagne des années 1970 ainsi que sur les causes de la défaite des programmes « révolutionnaires » au profit des projets « réformistes », entre 1977 et 1979. On y trouve donc des considérations relatives à la « trahison » des bureaucraties syndicales. Dans ces textes, notamment ceux des militants autonomes, l’assemblée ouvrière, revêtue d’un caractère souverain et décisionnel, est perçue comme la cause principale de l’émergence d’un « autre mouvement ouvrier » caractérisé par son autonomie vis-à-vis des partis et des syndicats antifranquistes et par sa volonté de construire une véritable rupture révolutionnaire. Cette littérature militante mythifie en grande partie le rôle de l’assemblée et l’interprète comme un élément fondamental dans l’essor des courants de l’autonomie ouvrière. Pour autant, elle vient combler un vide historiographique : les travaux universitaires qui se sont penchés sur les mobilisations ouvrières et sur leur rôle et action dans le processus de changement politique, font l’impasse sur toutes cette littérature et participent à alimenter et à justifier le mythe de la transition triomphante.

            En effet, les historiens espagnols qui se sont penchés sur le mouvement ouvrier considèrent que dans la relation entre mouvements sociaux et changement politique, les expériences assembléistes qui se sont traduites par une multitude de grèves à l’échelle locale et régionale lors du premier semestre 1976, ne sont pas déterminantes[3]. On peut lire dans des ouvrages comme ceux des historiens Xavier Domenech ou encore Carme Molinero ou José Babiano, une reconnaissance de la marginalisation de secteurs radicaux et assembléistes du monde ouvrier sans pour autant expliquer la façon dont cette subordination a pu être menée à bien. Pour l’historiographie en fin de compte, la marginalisation d’une partie de la « classe ouvrière » qui fait l’expérience d’une démocratie « radicale », ne change pas grand-chose au processus démocratique tel qu’il a été mené. Dès lors, la littérature des secteurs autonomes, révolutionnaires et anarchistes, permet de dépasser cet état de fait en montrant que le mouvement ouvrier en général et le mouvement socio-politique des Commissions Ouvrières en particulier, nés des assemblées clandestines dans les usines à la fin des années 1960, étaient traversées par des luttes de pouvoir dont l’issue n’était pas écrite par avance.

L’hypothèse de la subordination des mobilisations à l’opposition démocratique est partie de la consultation des archives du « mouvement libertaire » au début de ma thèse. Il s’agissait, au départ, de questionner le rôle et la place des anarcho-syndicalistes pendant la transition. Il m’est apparu que le débat central au sein de ce courant politique était celui de la « question assembléiste ». En consultant dans un deuxième temps les archives des Commissions Ouvrières, j’ai remarqué que les assemblées constituaient le centre de gravité de l’ensemble des mobilisations de la période et qu’à ce titre, elles divisaient profondément les acteurs et les organisations pour déterminer quel rôle et quelle place les grévistes devaient leur accorder. Cela m’a permis d’observer les divisions autour des stratégies et des actions à mener, toujours autour du statut de l’assemblée. L’insatisfaction à l’égard des analyses historiographiques autour du thème de la subordination des mobilisations ouvrières s’est donc accompagnée de la découverte dans les archives de discours dissidents et à contre-courant des stratégies et des objectifs de l’opposition démocratique. Les tracts publiés entre 1971 et 1978 et qui critiquent, voire dénoncent, les stratégies de l’opposition démocratique et de ses relais syndicaux, tout comme les brochures qui mettent en avant leurs volontés de poursuivre les grèves, ou de ne pas se séparer de l’organisation assembléiste au profit de la structure syndicale, sont autant de traces de subjectivités radicales qui contestent l’hégémonie des partis et des syndicats de l’opposition, notamment en 1976.

Ces archives des secteurs autonomes et révolutionnaires dans l’Espagne des années 1970 soulèvent plusieurs questions : est-ce que la marginalisation des secteurs assembléistes et radicaux était inévitable ? Ces voix ouvrières dissidentes et à contre-courant ont-elles toujours été marginalisées et destinées à le rester, ou bien ont-elles quelque chose à nous dire sur la façon dont a été mené le changement politique et sur les caractéristiques de la démocratie espagnole telle qu’elle s’est construite à la fin des années 1970 ? En consultant ces archives pour les inscrire dans une analyse historique, mon principal objectif a été de faire entendre d’autres voix pour rendre compte d’une mémoire politique alternative ouvrière; autrement dit, ces ouvrages et ces archives m’ont permis de déstabiliser l’hégémonie, dans le champ de la mémoire ouvrière, du PCE et des Commissions Ouvrières[4] – une mémoire relayée par l’historiographie espagnole[5] – en tentant de construire un récit dépourvu de la téléologie partagé par la majorité des travaux universitaires produits sur la transition.

Bien entendu, depuis plusieurs années déjà, les historiens se sont emparés de l’étude des secteurs minoritaires, révolutionnaires, anarchistes et autonomes, notamment dans le monde ouvrier. Cependant, bien que l’historiographie se soit penchée sur de nouveaux sujets et ait élaboré de nouveaux objets, le postulat de départ – tous ce qui a été fait est l’unique chemin possible – n’a pas bougé. La vision linéaire du processus transitionnel n’a pas été remise en question et par conséquent, en analysant les secteurs révolutionnaires du monde ouvrier, l’historiographie tend, en retour à justifier leur marginalisation en inscrivant l’étude des secteurs et des milieux dissidents dans les récits dominants de la transition. J’ai donc tenté, en me penchant sur cette littérature à contre-courant conservée par des militants dans leurs fonds privés et accessible également dans des centres d’archives comme la fondation Salvador Segui Madrid et Barcelone, ou encore les archives de l’autonomie ouvrière digitale sur internet – d’analyser plusieurs événements en comparant les récits syndicaux et politiques dominants tout en les confrontant aux discours des militants autonomes. Cela afin d’observer les rapports de force et les relations de pouvoir au sein du monde ouvrier.

Lors d’un entretien avec Felipe Aguado, figure bien connue de l’autonomie ouvrière espagnole des années 1970, celui-ci m’a remercié de rendre visible les mémoires ouvrières dissidentes quasiment effacées des récits universitaires et académiques. En montrant que le « mouvement ouvrier » est traversé par des intérêts divergents et que les luttes sociales autonomes constituent un hors-champ historiographique, je pense que l’insertion de ces sources a permis de remettre en cause l’idée d’un monde ouvrier homogène et soudé par des intérêts communs, tout en déstabilisant l’idée préconçu (préconçue ?) que les milieux révolutionnaires espagnols ont été défaits à cause d’un rapport de force jouant en leur défaveur.

[1] La « Transition » désigne la période qui sépare la mort du dictateur Franco le 20 novembre 1975 de la victoire du parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), aux élections législatives de 1982. Il s’agit d’un processus de transition graduelle d’un régime dictatorial vers une démocratie parlementaire qui a été largement mythifié par la classe politique espagnole et par l’historiographie. Bien que les travaux des historiens aient permis de montrer que les mobilisations ouvrières et citoyennes ont joué un rôle primordial dans la chute du franquisme, de nombreux travaux participent encore à diffuser un imaginaire fondé sur la supposée « modération » du monde ouvrier et son acception unanime des programmes politiques de l’opposition antifranquiste. Comme le dit l’historien José Babiano, l’instauration de la démocratie supposait pour le monde ouvrier d’accepter des sacrifices, à savoir qu’une partie de leurs revendications salariales et politiques ne seraient pas satisfaites. C’est en partie pour déconstruire l’image d’un monde ouvrier homogène et soudée derrière les partis antifranquistes que je me suis penché sur les causes de la subordination des mouvements révolutionnaires espagnols durant les années 1970. 

[2]Nexo Autonomía, «Autonomía obrera y transición democrática. Una aproximación critica», dans, Quintana, Francisco, Asalto a la fábrica. Luchas autónomas y reestructuración capitalista, 1960-1990, Barcelone, Alikornio, 2002, pp. 13-82; Los incontrolados, Crónicas de la España salvaje 1976-1981, Madrid, Klinamen, 2004.

[3]Domenech Sampère, Xavier, Cambio político y movimiento obrero bajo el franquismo. Lucha de clases, dictadura y democracia, op.cit, p. 239.

[4]Voir par exemple l’ouvrage écrit par plusieurs collectifs et auteurs se situant dans le giron de l’autonomie politique : Por la memoria anticapitalista. Reflexión sobre la autonomia, Madrid, Ed. Klinamen, 2008.

[5] L’historien José Babiano a montré que l’historiographie espagnole a participé à construire une « narration épique » autour de la figure de l’ouvrier : les historiens ont contribué à mythifier les mobilisations ouvrières en insistant sur leur rôle fondamental dans la déstabilisation du régime franquiste en 1976 tout en minimisant – pour ne pas dire en masquant – les rivalités et les désaccords qui ont perduré dans les usines jusque dans les années 1980. Ainsi, certains historiens tels que Ferran Gallego laissent de côté l’étude des secteurs révolutionnaires car ils considèrent que celles-ci ont mal interprétés les rapports de force politique à la mort du dictateur et que cela suffit à expliquer leur marginalisation. En outre, dans l’historiographie espagnole, les justifications morales et politiques des choix des acteurs passent avant la nécessité de les comprendre et de les interpréter, constituant ainsi une démarche méthodologique qui consiste à se mettre à la place des acteurs de l’époque, considérant dès lors que les structures mentales qui guident les protagonistes dans leurs actions ne varient pas ou peu à travers le temps. Voir Babiano, José, « El mundo del trabajo durante el Franquismo. Algunos comentarios en relación con la historiografia », Ayer, No 88, 2012, p. 238 ; Gallego, Ferrán, El mito de la transicion. La crisis del franquismo y los orígenes de la democracia (1973-1977), Crítica, Barcelona, 2008, p. 504 ;


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search