L’émergence des femmes et du féminisme dans les luttes des pays du sud et des minorités racisées – séance du 16 mai 2019

Programme détaillé

La prochaine séance du séminaire « Savoirs des luttes, luttes des savoirs » porte sur les luttes des femmes dans les « Pays du sud ». Elle aura lieu le jeudi 21 mars au Théâtre l’Échangeur de Bagnolet (à 200 mètres du métro Gallieni, ligne 3), à partir de 17h.

1) Camille Riou (masterante, EHESS) :

La réappropriation d’une histoire et de savoir(s) par les afro-descendantes américaines dans les années 1970, 1980 aux États-Unis à travers le féminisme noir.

La question du savoir dans le féminisme noire américain est primordiale. Comme l’a montré Michel Foucault, les savoirs assujettis sont soumis au savoir dominant mais sont aussi des espaces de résistance épistémologique. Les savoirs assujettis peuvent se créer dans des espaces autres, par d’autres moyens, que ceux où se crée le savoir dominant. Dans le féminisme noir américain, ils sont liés à une praxis, une lutte pour la vie et les droits des personnes noires américaines, où le rôle des mères dans la transmission d »un héritage de résistance a été primordial. Je m’appuierai sur le livre de Patricia Hill Collins : la Pensée féministe noire : savoirs, conscience et politique de l’empowerment pour faire un bref état des lieux de la question du savoir dans la tradition féministe noire américaine. Je parlerai principalement de féminisme noir américain, mais certaines problématiques concernent aussi les pensées féministes afropéennes, c’est pourquoi je mets en lien des ressources créées par Amandine Gay afin qu’on puisse voir l’importance de l’autodétermination et la place du savoir et de la transmission des traditions de lutte pour la libération des noirs américains et des noires américaines dans les pensées féministes africaines françaises. 

Bibliographie : Davis Angela, Blues et féminisme noir.
Davis Angela, Femme, race, classe.
Giddings Paula, Where and when I enter.
Hill Collins Patricia, la Pensée féministe noire : savoirs, conscience et politique de l’empowerment.
Lorde Audre, Sister outsider.

Blog : https://badassafrofem.wordpress.com/2015/03/26/mise-aux-points-sur-les-i-et-aux-barres-sur-les-t/
Vidéo :
L’expérience des racisées en milieu universitaire
https://m.youtube.com/watch?v=ID0V-12Dp6E

 

2) Rashida Shams El Din (militante féministe et actrice de la société civile soudanaise, exilée en France) :

Les femmes dans la révolution soudanaise actuelle : une révolution dans la révolution.

Traduction de l’arabe : Kahena Sanaâ

 

3) Kassia Aleksic (doctorante à Paris 7, CESSMA):

« La lutte des femmes est celle du peuple ; la lutte du peuple est celle des femmes » : perspectives et questionnements des savoirs transmis par le mouvement pour la réforme agraire en Indonésie.

A partir d’une enquête ethnographique auprès des femmes qui luttent pour une « réelle » réforme agraire en Indonésie, cette communication propose de réfléchir au slogan qui guide leur action, soit « la lutte des femmes est celle du peuple » – et « la lutte du peuple est celle des femmes ». Après avoir montré les méthodes de cette organisation consistant à tisser des rapports de confiance avec les femmes vivant dans les communautés des plus marginalisées, précarisées et traditionnelles d’Indonésie en leur parlant des difficultés économiques qu’elles rencontrent en tant que responsables de leurs foyers, nous verrons comment leur démarche se distingue d’un mouvement « féministe » qui  se développe par ailleurs en Indonésie sur des questions de libération sexuelle. En effet, le mouvement cherche en priorité à « unifier » les masses en soulevant parmi eux une conscience de classe, ce qui implique par ailleurs le respect d’un certain ordre sociétal – religieux et patriarcal. Cela nous conduira, dans un deuxième temps, à questionner comment la rencontre avec ce mouvement a remis en cause mon savoir militant, tel qu’il s’était constitué dans un contexte français : alors que je prenais pour base le féminisme comme principe d’adhésion à toute lutte sociale, ce mouvement redonner à penser comment la lutte des classes prime sur la lutte des sexes, avec les contradictions, limites et problèmes que cela peut poser. Au-delà de la question du genre, cela impliquait d’adhérer à une lutte s’organisant selon une hiérarchie et une idéologie définie en interne. Quel sens les femmes donnent-elles à leur engagement dans ce mouvement ? Comment y négocient-elles leur espace de liberté et de désirs, et à quelles contraintes se soumettent-elles ? En quoi les contradictions auxquelles elles se confrontent dans leur quotidien pousse à reconcevoir le féminisme comme une lutte permanente, se joignant tout en se frictionnant à la lutte des classes ?

 

4) Virginie Dutoya (chercheuse en sciences politiques, CEIAS/EHESS) :

La production des savoirs sur le genre en Asie du sud.

S’il existe une littérature riche sur les questions de genre et les femmes en Asie du sud, cette région, et plus généralement les pays dits du Sud, est le plus souvent envisagée comme un terrain d’étude et un réceptacle de concepts élaborés par les espaces savants du Nord. Ceci est symptomatique d’une division du travail intellectuel dans laquelle les terrains et données sont au Sud alors que la théorie demeure l’apanage du Nord. À partir de l’exemple indien, cette présentation reviendra sur les enjeux de la production des savoirs sur le genre dans les pays du sud, leur institutionnalisation et globalisation, et les tensions que cela induit entre les espaces académiques et militants. 

 

5) Noopur Tiwari  (journaliste indépendante, militante féministe et fondatrice de la plateforme internet Smashboard, ‘a digital ally to smash patriarchy’) :

 #Metoo en Inde, de l’université à Bollywood : nouveaux défis pour les féminismes indiens.

20h à 21h : pause (restauration et bar sur place)

21h : Projection de  Sangharsh, le temps de la lutte, de N. Jaoul (Hindi sous titré en français, sister productions, 105 minutes).

Ce film nous replonge dans l’univers des militants Dalit Panthers, les Black Panthers de l’Inde, à la fin des années 1990. Le spectateur se laisse embarquer par trois militants qui propagent le message d’émancipation à travers les bidonvilles et les villages d’une région en effervescence, au rythme d’un vaste mouvement de conscientisation. Leurs mots, leurs gestes, ainsi que les attentes et les contrariétés qu’ils suscitent en s’adressant aux leurs nous mettent face à ce sentiment d’urgence des dalits de défendre leur droit à vivre dignement, tandis que les humiliations, l’exploitation et la violence de caste restent omniprésentes. Teaser du film

Enregistrement audio

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search