Savoirs des luttes et luttes des savoirs des quartiers populaires et des racisé.e.s en France

Jeudi 20 juin de 17h à 20h EHESS, salle 8, 105 Boulevard Raspail

 

  1. « Introduction » par Cosimo Pantaleoni (masterant EHESS)
  2. « Les plis de l’archives ou les angles morts de l’interprétation historique: Le cas de l’Affaire Djellali », par Laura Azni (doctorante EHESS). L’« affaire Djellali », qui se réfère au meurtre d’un algérien de 15 ans dans le quartier de la Goutte d’Or (Paris 18ème), est considérée comme l’évènement fondateur de l’antiracisme en France.  Elle a vu se créer des alliances entre les habitants de quartier, des militants d’extrême gauche, des personnalités notoires comme Foucault, Sartre et Genet, des journalistes et des avocats. L’enjeu était la qualification du meurtre en tant que crime raciste, mais nous soulèverons aussi d’autres enjeux sous-jacents à la croisée du monde académique et militant autour de la figure de l’intellectuel spécifique. En m’inspirant de la micro histoire sociale, je propose d’analyser la production du savoir émis par ses protagonistes qui a permis de réinterroger la place même de l’intellectuel au sein d’une mobilisation.
  3. « Le Comité Adama et l’histoire des luttes de l’immigration: la transmission et la réactualisation d’un héritage », par Youcef Brakni et M’Hamed Kaki du comité Adama.
  4.   « Acteurs du changement dans les quartiers populaires », par Akim Oualhaci (post doctorant IRIS, EHESS) et Inès Seddiki, du collectif Ghett’up. Les acteurs qui s’engagent pour le changement et contre les inégalités dans les quartiers populaires développent de nouvelles formes d’organisations collectives. Il s’agit pour ces acteurs de partager des savoirs, produire du collectif, inverser le stigmate et se mobiliser pour la justice sociale.

Liens : https://www.franceinter.fr/oeuvres/se-faire-respecter-ethnographie-de-sports-virils-dans-des-quartiers-populaires-en-france-et-aux-etats-unis

5. « Roms aux intersections : de la fracture sociale à la convergence politique », par Henri Shah (Masterant EHESS, Vivier de Recherche-Action Collaborative, Saint-Denis, Chargé de projets, Sargent Shriver National Center on Poverty Law, USA)

Mars 2019, les jeunes dits “des cités” descendent sur les bidonvilles roms ; ils s’annoncent comme des justiciers autoproclamés qui cherchent à venger le vol supposé des enfants. Même s’ils sont souvent voisins, les jeunes banlieusards et les jeunes roms migrants sont rarement pensés ensembles. À travers des cas ethnographiques auprès des jeunes hommes roms habitant la Seine-Saint-Denis, on constate une série de possibilités pour une convergence empirique au-delà de la fracture sociale. D’abord, ces jeunes hommes sont systématiquement renvoyés à un rôle d’ennemi intérieur sous un registre culturaliste et sécuritaire. De plus, ils cherchent la reconnaissance sociale dans une masculinité alternative qui dépasse leur identification dominante comme minorité dangereuse en périphérie urbaine. L’ethnographie s’avère un outil pour restituer ces expériences émergentes qui constituent des nouvelles solidarités proprement politiques.

Lectures : article par Benjamin Naintré dans JMM pages 63-78. Article dans The Funambulist


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search