Résistances et luttes dans les lieux d’enfermement

Compte-rendu de la séance du 20 décembre 2018

Par : Judith Lanjouere

Résistances et luttes dans les lieux d’enfermement – Enregistrement sonore

            La séance intitulé Résistances et luttes dans les lieux d’enfermement réunissait quatre intervenant.e.s ; deux universitaires travaillant sur cette thématique, Joël Chabrit et Estelle Miramond, et deux personnes ayant fait l’expérience de luttes au sein de prisons françaises, Philippe Maurice et Antonin Bernanos. Cette séance, s’inscrit dans l’objectif du séminaire en faisant le lien entre militant.e.s et chercheur.e.s et en confrontant les savoirs académiques et ceux issus des luttes sociales et politiques.

            Joël Charbit, docteur en sociologie, a soutenu une thèse sur le droit d’expression des personnes détenues en France. Dans son intervention il nous présente l’histoire des mouvements d’auto-organisation des prisonniers et questionne l’influence des stratégies syndicales déployées par l’Association Syndicale des Prisonniers de  France, l’ASPF, sur les luttes abolitionnistes[1]. Jöel Charbit utilise le terme de stratégie syndicale car l’ASPF n’était pas juridiquement un syndicat mais une association. Cependant, sans avoir le statut juridique de syndicat, cette association a adopté un ensemble de discours et pratiques qui font référence au syndicalisme.

                Estelle Miramond, nous expose sa thèse en sociologie et anthropologie à l’université Paris 7, interrogeant les politiques de lutte contre la traite des travailleuses du sexe, immigrées en Thaïlande. Si depuis 1997 le gouvernement Thaïlandais reconnaît ces femmes comme victimes de traite et les placent dans des centres de réhabilitation, de protection et de développement professionnel avant de les rapatrier dans leur pays d’origine, elles sont en réalité enfermées dans ce qui reste des centres de détention pour migrantes illégales, avant non pas d’être rapatriées, mais plutôt déportées dans leurs pays d’origine. Estelle Miramond met en évidence que seul le vocabulaire employé a changé. Elle interroge ensuite les stratégies mises en place par ces femmes pour échapper à ces détentions et organiser leurs évasions. En effet, elle y questionne les modalités par lesquelles ces femmes négocient et résistent aux catégorisations de victimes de traite et à cette “protection pénitentiaire’’ camouflée sous le nom de séjour de réhabilitation.

            Philippe Maurice est un ancien détenu qui a été incarcéré pendant plus de 23 ans. Il a été placé en 1977 à la maison d’arrêt de Rodez de laquelle il s’enfuit en 1980, et a été réincarcéré puis condamné à mort la même année. Gracié par François Mitterrand, il sera finalement condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Dans le milieu des années 80, lors de son incarcération à la prison de Saint-Maur, il se remet aux études et soutient en 1995 une thèse de doctorat en histoire médiévale. Il sera placé en régime de semi-liberté en 1999, et finalement obtiendra une libération conditionnelle en 2000. Dans un livre publié en 2001, De la haine à la vie[2], il raconte son expérience carcérale. Dans son intervention, Philippe Maurice nous parle de son expérience de la résistance et de la révolte en prison ; sur 23 ans de prison il en a passé 13 à se révolter.

            Antonin Bernanos, militant politique anti-fasciste, a été incarcéré à deux reprises ces dernières années dans le cadre d’une affaire criminelle pour des faits de violence lors du mouvement social contre la loi travail. Il a été placé une première fois en détention provisoire à la maison d’arrêt de Villepinte pendant près de 10 mois et a été incarcéré au centre de détention de Fleury-Merogis durant 4 mois suite à son procès.  Étudiant en sociologie, il a continué ses études en sciences sociales durant sa détention et poursuivait ses études en master de sociologie à l’EHESS cette année avant d’être au mois d’avril de nouveau incarcéré en détention provisoire au centre pénitentiaire de Fresnes, dans lequel il est toujours placé en isolement[3]. Dans cette intervention où il parle des différentes formes de révolte en prison et du contexte dans lequel il a vécu son expérience carcérale, il nous explique avoir vu peu de révoltes au sens propre en prison, qu’à sa surprise il a d’avantage trouvée dans des postures et actes quotidiens que dans les actes collectifs qui sont assez rares.

 

La population carcérale

            Les intervenant.e.s de cette séance se rejoignent sur le fait que pour parler de révolte, de résistance, d’organisation ou de mouvement collectif dans les lieux d’enfermement, il est important de s’intéresser à la population carcérale. Il n’y a certes pas de catégorie homogène en prison mais il est intéressant de mettre en avant des caractéristiques de ces populations, car elles correspondent, comme l’exprime Antonin Bernanos, à l’idéal type de l’ennemi intérieur pour les gouvernements. Il décrit aujourd’hui les établissements pénitentiaires français dans lesquels il a été incarcéré comme composés majoritairement de personnes travaillant dans l’illicite, d’exclus et de pauvres, mais surtout de jeunes de banlieue non blancs et musulmans. Dans les centres de réhabilitation, de protection et de développement professionnel étudiés par Estelle Miramond, la population carcérale se compose de femmes étrangères, le plus souvent laotiennes, victimes de la traite sexuelle mais aussi de jeunes femmes thaïlandaises considérées comme déviantes. Toutes ces femmes, qu’elles soient traumatisées par des épisodes d’exploitation ou qu’elles soient considérées comme ‘’perverties par des afflictions modernes’’, ont toutes en commun le besoin d’être des personnes à réhabiliter pour le gouvernement thaïlandais. Ce séjour dans ces ‘’refuges gouvernementaux’’ est l’occasion de leur enseigner des métiers, des dispositions et prescriptions corporelles qui sont conformes à une féminité considérée comme respectable et en stricte opposition avec la figure de la prostituée. La lutte mise en place par le gouvernement Thaïlandais prend donc la forme de politiques d’enfermement et d’expulsion perpétrées au nom de la protection des droits humains. En effet, Estelle Miramond nous dit que « ce fameux bien être est donc subordonné à des préoccupations sécuritaires qui légitiment des mesures restreignant la liberté de circuler des femmes travailleuses et migrantes ». Elles sont pour le gouvernement une menace d’un ordre moral et sexuel.

            Les caractéristiques de la population carcérale française sont aussi importantes pour comprendre la genèse des stratégies syndicales et les enjeux des mouvements de prisonniers. Dans années 70 et 80, Philippe Maurice nous explique que la population carcérale se compose de divers profils de détenus : de détenus de mœurs plutôt soumis à l’autorité carcérale, de détenus de l’ancienne génération de banditisme qui acceptaient le système comme inéluctable, des détenus politiques, et une nouvelle génération de détenus, des jeunes délinquants de banlieue non politisés mais cependant issus de l’après mai 68 qui n’avaient plus envie de respecter les règles et pour qui les policiers n’étaient plus des figures de pouvoir intouchables. En 1977, l’institution pénitentiaire instaure des Quartiers de Sécurité Renforcée, les QSR, dans lesquels elle place des détenus de droit commun en colère, majoritairement ces jeunes, et des détenus politique. C’est comme cela que cette nouvelle génération de délinquants non politisés a développé une conscience politique. En 1981 quand les QSR ont été abolis, tous ces détenus sont retournés en détention normale avec une volonté de résister.

Les mouvements collectifs en prison : blocages, grèves et stratégies syndicale.

            A partir des années 70, les luttes et mobilisations de prisonniers se développent en France[4]. En 1971, le Groupe d’Information sur les Prisons est créé, le GIP, afin de permettre aux prisonniers de parler de leur propre condition. Puis en 1972, une association a vu le jour, le CAP, le Comité d’Action des Prisonniers. Cette organisation, qui a publié un journal pendant huit ans[5], va élaborer et diffuser l’enjeu d’une stratégie syndicale. En 1985, l’ASPF sera créé dans le but d’obtenir le droit de s’associer et de se syndiquer au sein des prisons. Joël Charbit nous explique que l’ASPF va tenter de légitimer son existence auprès de l’administration pénitentiaire, de la Chancellerie, des médias et des professionnels du droit. Face à cela, les mouvements de prisonniers et les mouvements abolitionnistes vont développer une certaine défiance vis à vis de l’ASPF par crainte d’une collusion du syndicat avec l’institution pénitentiaire. La stratégie de légitimation de l’ASPF va l’amener à se distancier de certaines formes de révolte ainsi qu’à des controverses idéologiques et stratégiques entre l’association et les mouvements abolitionnistes qui participeront à sa disparition mais aussi au recul durable des stratégies syndicales dans les mouvements de prisonniers. Malgré cela, la stratégie syndicale est liée à des enjeux de collectivisation des luttes.  Par exemple, en septembre 2016 aux États-Unis, le Free Alabama Mouvement, une organisation de prisonniers qui s’est alliée à un syndicat internationaliste ayant créé une branche syndicale pour prisonniers, a lancé un appel à grève en commémoration de la mutinerie d’Attica pour dénoncer le racisme institutionnel à l’intérieur et à l’extérieur des prisons[6].

            Ces dernières années, des mobilisations collectives ont donné lieu à plusieurs blocages de la part de prisonniers suite au mouvement des surveillants de prison qui a commencé en janvier 2018. Mouvement qui s’inscrit dans la continuité de celui des policiers de l’automne 2016. Ces deux mouvements sont caractérisés par des revendications sécuritaires et par la surmédiatisation d’agressions à l’encontre de policiers ou de surveillants de prison. Les surveillants de prison demandaient alors un armement généralisé, une imposition des menottes aux détenus lors de leurs déplacements hors des cellules, et de manière générale une restriction du peu de libertés et droits qu’il reste aux détenus. Pour Antonin Bernanos, ce mouvement, en venant légitimer l’entreprise sécuritaire, inscrit l’institution pénitentiaire dans des dynamiques répressives plus globales. Il nous fait le récit d’un des blocages. Alors qu’il est dans sa cellule avec ses codétenus, ils apprennent qu’il y a des surveillants devant la prison qui sont en train de la bloquer. Le lendemain matin, ils ne se réveillent pas, personne ne vient ouvrir les cellules. Ils se sont retrouvés séquestrés dans leurs cellules sans nourriture, parloirs, promenades et activités diverses. Il nous dit que les premières informations sur la volonté collective des détenus de bloquer la promenade afin d’exprimer leur opposition ont commencé à se diffuser rapidement d’une cellule à une autre, d’une aile à une autre puis d’un étage à un autre. Vers 13h, les portes se sont ouvertes pour le départ en promenade, mais les équipes ERIS (Équipes Régionales d’Intervention et de Sécurité) sont alors présentes dans la prison, armées et cagoulées. Selon lui, l’administration pénitentiaire, en faisant intervenir les équipes ERIS cherchait à faire une sorte de démonstration de force pour diffuser la peur pendant les départs en promenade. Elle a ensuite décidé de rendre tout blocage impossible en enfermant les détenus en promenade pendant plusieurs heures, déjouant ainsi la stratégie mise en place par les détenus. Les équipes ERIS ayant été mobilisées majoritairement dans ce bâtiment, les prisonniers des autres bâtiments ont quant à eux réussi à bloquer la promenade. A travers les blocages, c’est une volonté des prisonniers d’exprimer leur droit à manifester et de lancer un message vers l’extérieur pour contrecarrer l’invisibilisation des violences quotidiennes des gardiens envers les détenus ;  insultes, coups, fouilles à nu, pressions administratives, piqûres, cellules enflammées, meurtres maquillés en suicides, et viols[2] .

            Dans cette institution, et face à un régime répressif de la vie quotidienne, les détenus adoptent différentes positions ; celles de passivité, de soumission et d’abandon de soi ou des positions de refus et de résistances. Ces positions de rébellion prennent plus rarement la forme de révoltes collectives, telles des grèves, des blocages, des émeutes, des sabotages. Mais les stratégies de résistances peuvent aussi se voir dans des actes individuels de la vie quotidienne.

Les résistances quotidiennes en prison

            Dans leurs récits, Philippe Maurice et Antonin Bernanos nous invitent à regarder aussi la révolte et la résistance à travers des pratiques ou des postures qui peuvent paraître anodines. C’est dans ces pratiques et petits gestes de résistance quotidienne que Antonin Bernanos nous dit avoir trouvé de véritables postures de logique de résistance.

 Mesurer le degré de marge de manœuvre

            La prison est un monde où le détenu doit se soumettre à toutes sortes de règles dont l’utilité peut sembler inexistante alors que leur but même est justement l’accomplissement de cette soumission. Les détenus ont par exemple l’obligation lors des déplacements de marcher dans les couloirs sur de grandes bandes noires. Cette règle ne semble pas être une entrave violente pour le détenu et pourtant elle opère déjà une soumission des corps. Philippe Maurice et Antonin Bernanos nous expliquent que refuser de marcher sur ces grandes lignes dans les coursives des bâtiments est une manière de résister à cette soumission. Cette position de révolte peut aussi être vue comme un indicateur du climat actuel ; si les surveillants laissent les détenus marcher à côté des lignes sans les réprimer par une violence verbale ou physique, cela peut être compris comme un indicateur d’une plus grande marge de manœuvre que lorsqu’ils se font rappeler à l’ordre. Philippe Maurice nous dit également que cette position de refus visible par d’autres avait aussi pour conséquence, quand elle n’était pas réprimée sévèrement, de se propager ; « c’est comme ça, sur des petits détails, que parfois les révoltes, ou le refus peut commencer à venir ».

 Faire perdre du temps et en gagner : un enjeu en prison

            Antonin Bernanos insiste sur un point, qu’ils soient collectifs ou individuels, ces actes de résistances permettent de dégager deux choses dont les détenus sont privés en prison ; de l’espace et du temps.  Dans un endroit où la sanction consiste en une privation de temps, en gagner ou en faire perdre à l’administration est un enjeu important. Le fait de bloquer, c’est à dire de refuser de rentrer en cellule ou refuser d’en sortir est une manière de reprendre possession d’un temps dont les prisonniers sont privés. Mais outre ces formes d’actions collectives, nombreux sont les actes de la vie quotidienne qui visent aussi à lutter contre l’institution pénitentiaire. Antonin Bernanos nous en donne un exemple avec les œilletons qui permettent aux surveillants de voir à l’intérieur des cellules, ils sont les symboles qui représentent le fait que les prisonniers peuvent être observés à chaque instant. Certains détenus bouchent ces œilletons le soir une fois que les portes sont fermées afin d’obtenir une certaine intimité, mais cela permet aussi de réguler les rondes et de les ralentir. Le fait de ralentir les mouvements lors des déplacements ou de ne pas marcher sur les bandes dans les couloirs sont aussi des manières de gagner du temps et d’en faire perdre à l’administration.  Ce sont des positions de résistances sur l’administration et son pouvoir.

 L’automutilation comme contestation du monopole de la violence sur les corps

            Les actes individuels tel les grèves de la faim, l’automutilation corporelle, ou le suicide peuvent aussi être entendus comme des formes de révolte individuelle contre l’institution carcérale selon Antonin Bernanos et Philippe Maurice. Ce dernier nous parle à ce sujet d’une révolte prenant la forme d’automutilation qu’il a pratiquée une fois. Suite à un mouvement contestataire après la ‘’disparition’’ d’un détenu, lui et d’autres prisonniers avaient été mis en isolement. Ils ont décidé d’envoyer une lettre au ministère et au directeur de la prison en signifiant qu’ils avaient décidé de s’ouvrir les veines chaque semaine jusqu’à leur libération du quartier disciplinaire, mais « que le jour où ils s’arrêteraient, ils sauteraient sur les surveillants en les mutilant ». Ils se sont ouverts les veines durant un ou deux mois avant d’envoyer de nouveau un courrier à l’administration pour les prévenir que c’était la dernière fois qu’ils s’ouvraient les veines. Ils ont très vite été transférés de prison ou replacé en détention normale. Antonin Bernanos nous partage à propos de ce genre de révolte un échange qu’il a eu avec un détenu ayant essayé de se suicider dans sa cellule. Ce dernier lui expliqua que l’une des raisons de son acte était de prouver aux surveillants et à l’institution pénitentiaire qu’il pouvait le faire. A travers cette position et les actes d’automutilation, Philippe Maurice et Antonin Bernanos se demandent si derrière ces actes il n’y a pas une forme de contestation du monopole de la violence sur les corps exercé par l’administration pénitentiaire.

 Mettre en branle l’institution pénitentiaire par la communication

            Les positions de silence face aux surveillants, le fait de ne pas leur parler ou leur répondre est une manière de résister, comme nous l’explique Antonin Bernanos. En effet, dans l’institution carcérale il y a des interactions entre surveillants et détenus. Cette communication, en rendant les interactions plus humaines, permet à l’administration pénitentiaire de fonctionner. C’est par ces discussions que les surveillants viennent réguler le comportement et les révoltes. Le fait d’arrêter de communiquer est alors une manière de mettre l’administration en péril comme c’est le cas lors des silences collectifs qui créent des climats de tension et de révolte. Antonin Bernanos nous dit qu’il y a aussi différentes pratiques qui témoignent d’une sous culture carcérale, qui sont des moyens de retrouver de l’autonomie, des marges de liberté et de produire un système de solidarité comme c’est le cas avec les téléphones portables. En effet, la présence de téléphones portables au sein des établissements de détention est aussi une manière de porter atteinte à l’institution pénitentiaire en venant annihiler l’impossibilité de communication avec l’extérieur.

            A travers toutes ces pratiques et postures quotidiennes qui permettent d’avoir une connaissance du processus répressif, de mesurer le degré de marge de manœuvre, de gagner du temps et d’en faire perdre, de contester le monopole de la violence sur les corps ou d’annihiler l’impossibilité de communiquer avec l’extérieur, il y a une atteinte à l’organisation de l’institution totale, une sorte de « dé-totalisation » de la prison. Cependant, si en prison on se rebelle contre la soumission, face aux révoltes, l’institution pénitentiaire sanctionne.

La répression

            Philippe Maurice, Antonin Bernanos et Estelle Miramond nous rappellent que les résistances ont un coût. En effet, il y a un sous-système répressif au sein des institutions répressives que sont les lieux d’enfermement. Dans les centres de détention thaïlandais étudiés par Estelle Miramond, certaines punitions se traduisent par des notes de comportement qui peuvent rallonger la date du procès et donc la date de rapatriement. Dans les établissements pénitentiaires français, les résistances peuvent aussi donner lieu à des sanctions disciplinaires et avoir un impact sur l’instruction en cour, sur les demandes de mise en liberté, sur les aménagements et réductions de peines. Elles peuvent également conduire à des fouilles, des coups, des transferts ou au mitard, le quartier disciplinaire. Ces sanctions peuvent aussi prendre la forme de différentes pressions exercées par les surveillants : réveils intempestifs la nuit, repas non livrés, « oublis » de promenades ou de parloirs, et  passages à tabac / violences pénitentiaires telle des passages à tabac ? (pour être plus précis peut-on dire passages à tabac ?). 

            Les possibilités d’organisation collectives sont donc assez réduites par ce système répressif mais aussi par un système de privilèges ; les détenus, en se révoltant, prennent le risque de perdre des petits avantages qui leur ont été accordés, comme leur télévision à l’époque de Philippe Maurice ou aujourd’hui leur téléphone. Pour éviter cela, Antonin Bernanos nous raconte des situations où certains détenus se sont battus contre d’autres pour prolonger ou débloquer la promenade et empêcher ainsi les mobilisations collectives. Cela fait écho à la délégation de surveillance mise en place dans certains centres de détention étudié par Estelle Miramond où des cheffes de bâtiment, élues à main levée, sont tenues responsables si une résidente s’échappe de nuit sous leur surveillance. Ces détenues aident alors les résidentes de leur bâtiment à s’échapper en journée, mais si une résidente tente de s’échapper quand même de nuit, qu’elle transgresse une sorte de contrat implicite, des tabassages collectifs peuvent avoir lieu. Ces centres de détention gouvernementaux peuvent aussi sanctionner les détenues de manière collective, la détenue ayant tenté de s’échapper doit rester debout toute la nuit à marcher et les autres résidentes de son bâtiment doivent rester debout à la regarder.

            Ces lieux d’enfermement, en sanctionnant les révoltes et résistances, cherchent à empêcher tout soulèvement ou mobilisations collectives. Malgré cela, les actions collectives restent importantes pour les détenus dans la mesure où elles permettent de s’affirmer en tant que groupe solidaire et organisé. Dans ces espaces reclus, la question du faire, réfléchir, lutter ensemble pour produire des concepts opérants et des expériences concrètes [4] , visibles et viables est un enjeu central. / Dans ces espaces reclus, la question du faire, réfléchir, lutter ensemble pour produire des stratégies et des expériences visibles et viables est un enjeu central. Une expérience de répression subie par Antonin Bernanos nous donne un exemple du danger que cet enjeu représente pour l’administration pénitentiaire. Suite un entretien paru dans le journal Lundi Matin[7], dans lequel il parlait des conséquences des grèves des surveillants, de la vie des prisonniers et de la manière dont l’administration pénitentiaire empêche toutes formes d’organisation collective d’émerger, Antonin Bernanos a subi des représailles de la part de  l’administration pénitentiaire. En effet, la prise de parole est risquée en prison, les détenus sont réduits au silence, ils sont privés du droit de s’exprimer publiquement et de dénoncer.

Conclusion

            La question de la transmission des savoirs des luttes des lieux d’enfermement est compliquée. En effet, ces savoirs engagés sont l’objet de résistances pour se faire entendre et reconnaître dans le débat public. Si déjà les révoltes à l’air libre sont bien souvent traitées avec mépris par les médias, qui placent ces actions sur le compte de la violence brute et aveugle, les luttes dans le milieu carcéral sont encore plus facilement disqualifiables. Les prisonniers privés de droit et de liberté, n’auraient pas de légitimité à se révolter. Leurs revendications et contestations, outre d’être déraisonnables, ne seraient d’emblée pas légitimes. De plus, les prisons étant des lieux fermés, la parole est difficile à faire sortir. Dans l’entretien donné au journal Lundi Matin cité précédemment, Antonin Bernanos dit justement que selon lui, « il est nécessaire de briser le silence que nous imposent les murs des prisons, de donner les moyens aux détenus de s’organiser et se coordonner en déstabilisant la machine carcérale et en rendant sa répression illégitime, pour la rendre inefficace ». Ce silence doit lui aussi être un enjeu de lutte. Pour lui, l’un des enjeux important aujourd’hui dans la lutte anti-carcérale est celui des moyens de communication à l’intérieur des prisons. Autoriser les détenus à avoir un téléphone permettrait de court-circuiter la logique de cloisonnement de l’institution carcérale. En effet, pour construire une force collective et se mobiliser contre la répression carcérale et son entreprise sécuritaire, les prisonniers ont besoin que leurs luttes soient entendues et relayées à l’extérieur de la prison. Mais alors quel est le rôle des sciences sociales ?  Selon Antonin Bernanos, il est urgent et important aujourd’hui de réhabiliter l’enquête militante pour comprendre et connaître ce qui se joue réellement en prison. Il faut mettre en avant le point de vue des prisonniers ; une lutte anti-carcérale ne peut être cohérente que si elle s’inscrit dans la vie quotidienne des détenus. Cette séance nous a bien montré que les personnes concernées par les oppressions sociales et politiques sont aussi producteurs.trices de savoirs. Le monde de la recherche est complémentaire à celui des luttes, il peut aider à leur confection en produisant de nouvelles connaissances, empiriques et théoriques, des nouveaux savoirs émancipateurs. Le rôle des chercheur.e.s est de décrire, de penser, de publier sur ces luttes.


[1] Voir l’article qu’il a écrit avec Gwenola Ricordeau: Charbit Joël et Ricordeau Gwenola, 2019, « Syndiquer les prisonniers, abolir la prison », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XII, URL:  https://journals.openedition.org/champpenal/9124

[2] Philippe Maurice, 2001, De la haine à la vie, Paris, Le Cherche midi.

[3] Pour en savoir plus sur la situation d’Antonin Bernanos en juin 2019; « Antonin Bernanos, en prison depuis près de deux mois en raison de son militantisme », https://revolutionpermanente.fr/Antonin-Bernanos-en-prison-depuis-pres-de-deux-mois-en-raison-de-son-militantisme  et « Antonin Bernanos en détention préventive et à l’isolement depuis 2 mois », https://lundi.am/Antonin-Bernanos-en-detention-preventive-et-a-l-isolement-depuis-2-mois

[4] Voir l’ouvrage publié par la journaliste Anne Guérin à propos des luttes des prisonniers dans les années 70 : Anne Guérin,2013, Prisonniers en révolte. Quotidien carcéral, mutineries et politique pénitentiaire en France (1970-1980), Marseille, Agone.

[5] Pour consulter ce journal en ligne : http://archivesautonomies.org/spip.php?article116

[6] « Le 9 septembre, les prisonnier des États-Unis entrent en grève, https://lundi.am/Le-9-septembre-les-prisonniers-des-Etats-Unis-entrent-en-greve, consulté le 30 mars 2019

[7] « Depuis la prison de Fleury Merogis, interview d’Antonin Bernanos », https://lundi.am/Depuis-la-prison-de-Fleury-Merogis-interview-d-Antonin-Bernanos, consulté le 4 mai 2019 et « Suite à son entretien avec lundimatin… », https://lundi.am/Suite-a-son-entretien-avec-lundimatin, consulté le 4 mai 2019



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search