Savoirs des luttes et luttes des savoirs des quartiers populaires et des racisé.e.s en France


Compte-rendu de la séance du 20 juin 2019

Par Cosimo Pantaleoni

La dernière séance du séminaire a été centrée sur les différentes formes d’organisation propres aux luttes dans les quartiers populaires racisés de France et ses rapports avec les milieux académiques.

Dans la foulée du déclassement injuste effectué par le CNRS sur le chercheur Akim Oualhaci, un des intervenants de la journée, il a été rappelé en introduction à quel point les savoirs issus des luttes des quartiers populaires sont encore extrêmement marginalisés dans le contexte académique français, en raison des spécificités post-coloniales qui caractérisent le monde de la formation ; l’affaire concernant M. Oualhaci n’en serait qu’un énième symptôme.

L’intérêt croissant des chercheurs envers le monde des banlieues françaises suite aux émeutes de 2005 ne suffit pas à combler ce vide, nombre d’études étant marquées par une prédilection aux sujets les plus “médiatiques”, c’est à dire la délinquance, les violences urbaines et le trafic de drogue, ainsi que par une approche souvent très misérabiliste.

  1. Laura Azni, doctorante à l’EHESS

La première intervention de Laura Azni portait sur l’affaire Djellali de 1971 dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris, un cas resté dans l’histoire grâce à l’intervention des nombreux intellectuels de gauche (entre autres, Jean-Paul Sartre et Michel Foucault) ayant soutenu la lutte anti-raciste déclenchée à la suite du meurtre du jeune Ben Ali Djellali, tué au fusil par un concierge d’immeuble. Cet évènement, ayant dévoilé des rapports sociaux fortement imprégnés de racisme dans un quartier traditionnellement multi-ethnique, a durablement clivé l’opinion publique, dont les franges les plus conservatrices n’ont pas hésité à solidariser avec le concierge, alors que les structures militantes de gauche implantées dans le quartier, comme Secours Rouge, ont commencé à s’organiser en comité avec les proches du jeune assassiné pour démonter la légitime défense invoquée par le coupable, par la mise en avant de preuves de pré-méditation du crime. Au-déla de la participation au comité des intellectuels les plus notoires, le but de la recherche c’est de mettre en avant le rôle joué par les porte-paroles habitant le quartier, comme le frère de la victime. Cela passe par la consultation d’archives policiers et militants, voués à faire émerger une « histoire d’en bas » qui ne soit plus en proie aux dérives médiatiques ayant caractérisé ce mouvement d’ampleur.

  • M’hamed Kaki, président de l’association Les Oranges

L’association les Oranges est née autour d’un projet de visibilisation des événements marquant les luttes anti-coloniales et anti-racistes en France, par l’inscription de la mémoire dans l’espace public, à la suite de l’expérience de la Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme (appelée couramment la Marche des beurs) qui s’est déroulée entre Paris et Marseille en 1983. Les premières réussites du projet ont étés enregistrées dans la ville de Nanterre, où le groupe scolaire Abdelmalek Sayad et le boulevard 17 octobre 1961 le long de la préfecture des Hauts-de-Seine ont vu le jour. M’hamed Kaki, pour justifier les propos de l’association, est également revenu sur les différentes étapes ayant marqué l’invisibilisation de luttes anti-coloniales, à partir des tensions issues de la création de L’Etoile nord-africaine, ralliée au PCF et dissoute par Léon Blum lors du « front populaire », ainsi que massacre de Sétif, commencé le 8 mai 1945 lors de la libération de la France de l’occupant nazi. Dans le contexte de la guerre d’Algérie, il faut souligner que la répression conjointe des Indépendantistes algériens du 17 octobre 1961 et des syndicats français lors du massacre de Charonne le 8 février 1962, n’ont absolument pas étés traités de la même manière, le deuxième événement ayant entraîné la mobilisation d’environ 1 million de personnes, alors que les 300 victimes de la « Bataille de Paris » sont pratiquement passées sous silence. L’intervention s’est terminée en revenant sur les luttes du Mouvement des Travailleurs Arabes (MTA), ralliant des revendications diverses, purement syndicales mais aussi anti-racistes, notamment dans le contexte du « Septembre noir »  de Gaza, et le rôle d’associations comme SOS Racisme, véritablement crée pour invisibiliser les luttes autonomes des militants racisés.

  • Youcef Brakni, membre du Comité Adama Traoré

Youcef Brakni, pour amorcer son intervention sur la transmission du savoir au sein du Comité Adama Traoré, a tout d’abord rappelé qu’un chercheur auquel il avait fait confiance avait révélé la stratégie du Comité au public à la suite d’un colloque académique, donc aussi aux autorités auxquelles étaient confrontés la famille et les proches de ce jeune assassiné par la police a Beaumont-sur-Oise en juillet 2016. Cela explique sa méfiance vis-à-vis des milieux universitaires. Le Comité a développé une approche d’implantation durable au sein de la ville de Beaumont, ainsi qu’une transmission de savoirs vouée à légitimer la colère des jeunes explosée à la suite du meurtre policier, en refusant en bloc toute sorte d’ « appel au calme » lors des émeutes de quartier ; on se refère donc aux révoltes guadeloupéennes de 1967, ainsi qu’au MTA précédemment évoqué par M. Kaki. La bataille est également menée sur le terrain médiatique, par le rôle essentiel d’Assa Traoré, ainsi qu’en investissant les réseaux sociaux facilement maîtrisés par les plus jeunes. En ce qui concerne la justice, le choix d’un avocat combatif comme Yacine Mouzrou a aussi été un facteur central de viabilisation de la lutte revendiquant « Vérité et justice pour Adama », définie par ce membre du Comité comme un véritable réussite politique, dans la temporalité longue des luttes des quartiers à la suite des émeutes de 2005, dont la mémoire reste certes vivante mais dont la mythification romantique propre aux courants insurrectionnistes est rejetée en bloc.

  • Inès Seddiki, membre de l’association Ghett’Up

L’association Ghett’Up, en lien évident avec le projet du Comité Adama, est née d’une génération de jeunes de banlieue post-2005, marquée par une mobilité sociale accrue et la popularisation de la culture « de rue » comme le hip-hop à l’échelle de la société française et mondiale. Le but, c’est d’aider les jeunes des quartiers à assumer leur identité « banlieusarde » par des tables rondes et des workshops, les « afterworks du bendo », voués à faire exprimer et à conscientiser une tranche d’âge très sensible aux problèmes relevant du racisme ou des violences policières, vecteurs essentiels de la politisation. Cela passe par des collaborations à l’international aussi, où on donne la possibilité aux jeunes de se confronter avec d’autres « ghettos » à l’échelle européenne. Ce projet d’auto-formation populaire et de développement des compétences techniques nécessaires aux défis d’une vie métropolitaine, est essentiellement voué à détruire le paradigme victimisant du « pauvre banlieusard », par la réappropriation d’un héritage et l’affirmation de soi ; le projet a souvent été approché par des partis politiques comme LREM, dont l’interêt de récupération est évident dans le cadre d’une prétendue « requalification » censée intervenir dans les quartiers à l’occasion du Grand Paris. Les membres du collectif sont pourtant très attentifs à garder l’autonomie de leurs activités, tout en acceptant des collaborations paritaires avec d’autres associations ou institutions.

  • Akim Oualhaci, poct-doctorant à l’EHESS

Akim Oualhaci est tout d’abord revenu sur son parcours académique, marqué par une thèse portant sur les sports de combat comme vecteurs d’un charisme corporel, typiquement masculin, dans les quartiers périphériques des métropoles françaises et états-uniennes. Suite à cette recherche, M. Oualhaci s’est concentré sur sa notion des  « têtes de quartier » agissant à la fois dans et en dehors du contexte banlieusard, pour rompre avec les approches misérabilistes propres aux milieux académiques, ayant tendance à plaquer une condition universelle de misère intellectuelle dans les quartiers défavorisés. Cette analyse, visant à corroborer une vision « trans-classes » des quartiers racisés mise en avant par Mme Seddiki de Ghett’Up, est fondée sur une hybridation évidente des facteurs politiques avec la culture « de rue », qui se manifeste dans des rapports atypiques au processus de politisation en milieu populaire : l’exemple des violences policières est toujours très parlant, mais la performativité corporelle et intellectuelle des jeunes aussi. Ce projet vise en outre à mettre en évidence le rôle de ces « têtes », souvent des grands-frères ou des grandes-sœurs des quartiers, dans la circulation et la transmission des savoirs aux plus petits, dans un cadre de promotion des savoirs-faire nécessaires à une vie digne.

  • Henri Shah, masterant à l’EHESS

Henri Shah, étudiant d’origine américaine et racisé, est également revenu sur son parcours personnel : il a grandi dans un quartier périphérique de Philadelphie et est venu à Paris pour ses études. Cette filiation lui a permis de s’intéresser aux communautés Roms en banlieue parisienne. Son intervention était vouée à mettre en évidence les « intersections » politiques possibles entre les groupes de jeunes Roms, en proie à une relégation matérielle et symbolique encore plus marquée que les immigrés post-coloniaux, et les autres groupes racisés. Son cas d’étude est centré sur les transformations du quartier de la Chapelle à Paris, dont le campus Condorcet abritant entre autres l’EHESS, devrait bientôt voir le jour, entraînant des nombreuses opérations de nettoyage social et ethnique, comme le démantèlement du bidonville érigé sur les rails abandonnés de la Petite Ceinture. En mars 2019, plusieurs « descentes » de la police ont conduit les Roms à abandonner définitivement le campement, cette même police qui harcèle et humilie quotidiennement les jeunes des cités HLM environnantes. Les éléments communs à ces groupes pouvant mener à une véritable « intersection » politique (le mot « convergence » étant très connoté par la rhétorique des vieux partis de gauche), sont la valorisation d’une masculinité protectrice envers les femmes, un partage constant de l’insécurité, ainsi que les revendications citadines ponctuelles portant sur la qualité de la vie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search